Au lycée : le rythme de travail

Il est vrai que les questions de méthode de travail sont souvent au cœur des préoccupations des élèves, et surtout des parents. La question, notamment du travail régulier, que les élèves devraient fournir chaque soir et qu’ils n’appliquent pas toujours, mérite d’être discutée : c’est tout l’objet de cet article.

Comme souvent dans la vie, il me semble que l’alternance des contraires est source de motivation : travail/repos, contrainte/plaisir, discipline/relâchement sont des exemples d’un rythme auquel nous sommes habitués depuis que, humains, nous existons, puisque notre existence est régie par le rythme des jours et des nuits.

De la même manière, je conseille aux lycéens d’alterner entre deux concepts opposés et peu souvent proposés, qui sont : la régularité et l’irrégularité.

La régularité

Les musiciens vous le diront : si vous ne travaillez pas tous les jours, vous n’arriverez à rien. Appliquons cette métaphore au travail que, lycéens, vous devez fournir. Elle peut inspirer aussi n’importe quel autodidacte qui, à un moment de sa vie, se donne pour but d’apprendre telle ou telle chose.

Le travail quotidien permet de mieux assimiler

En effet, le simple geste de relire chaque soir les cours du jour (15 minutes !) aide votre cerveau à se replonger dans l’ambiance du cours et donc à mieux vous souvenir de certains détails qui ont été dits ou montrés par l’enseignant.

Surtout, si vous replongez dans le cours le soir, chez vous, dans le calme, alors votre esprit va faire des liens plus facilement entre les différents éléments du cours, car l’esprit fonctionne bien, dans le calme. Ces liens vont peut-être générer des questionnements et ceux-ci vont vous faire progresser car vous motiver pour créer d’autres liens.

Le travail quotidien est une endurance

Le cours, c’est la base, ensuite viennent les exercices. Pour progresser, que ce soit en sport, en art, en mathématiques… les exercices sont indispensables ! Plus vous en faites, mieux cela vaut pour vous. La discipline du travail quotidien permet tout simplement, en répartissant le travail jour après jour… d’en faire davantage. Et comme d’un jour à l’autre vous avez le temps de vous reposer, le fractionnement quotidien vous permet d’attaquer les exercices sans la fatigue qui serait inévitable si, au dernier moment vous attaquiez trente exercices en retard d’un coup, qui plus est avec peut-être le stress, justement, du dernier moment.

Le travail quotidien permet l’effet cumulé

Quand vous avez maintenant un objectif, par exemple finir tel gros livre, revoir tel chapitre, rédiger un mémoire… alors évertuez-vous à planifier ! Donnez-vous un programme et tenez-vous y.

Se donner un programme c’est facile pour certaines personnes et difficile pour d’autres, selon la tournure de votre esprit. Placez-vous des créneaux, tel jour 10 minutes, tel jour une demi-heure etc. Organisez votre semaine, vos journées, pour y placer des petites plages de temps consacrées à votre objectif. En dehors de ces places, pensez-y encore, à votre objectif. Imaginez que vous tapez sur un tambour une fois de temps en temps : cela ne donne rien. Mais si vous y tapez une fois toutes les deux secondes, cela donne déjà un rythme, un impulsion, du cœur à l’ouvrage. Organisez-vous dans ce sens.

S’y tenir, de même, c’est facile pour certaines personnes et difficiles pour d’autres, et parfois ce ne sont pas les mêmes personnes : celles pour qui établir le programme est facile buteront parfois, classiquement, sur la difficulté de s’y tenir. Se tenir à un programme demande de la rigueur et un petit peu d’abnégation. Le résultat positif, c’est que d’une part, si vous respectez votre propre programme, et bien le travail sera fini dans les temps, et d’autre part, et bien il va se passer un effet de levier, dans le sens où de la confiance va émerger en vous : vous savez que vous pouvez vous organiser pour réaliser des choses. Vous comprendrez dans la vie à quel point cela est précieux.

L’irrégularité

Le coup de bourre

Autrement appelée coup de bourre, l’irrégularité fait partie de notre esprit. En effet, pendant les 200.000 ans qui ont précédé la sédentarisation, nous n’avons sans doute pas eu quotidiennement et à heure fixe 8 heures d’école, trois repas, un feuilleton et une histoire au lit. Pendant cette longue période où le cerveau de l’humanité s’est forgé, nous n’avons sans doute pas eu, chaque semaine, un lundi pour attaquer, un mercredi pour le sport, un jeudi soir pour boire, un week end pour se reposer…

L’irrégularité est bonne car elle implique le stress, et celui-ci, s’il est destructeur quand il est chronique, peut être notre meilleur allié quand il nous oblige à nous dépasser. On peut avoir envie de se consacrer une journée à fond à terminer un long travail. On peut aussi avoir envie de veiller pour finir de comprendre quelque chose ou pour aller au bout d’un long pavé. L’irrégularité, c’est le moyen de mettre le point final à un travail qu’on a suivi au quotidien.

Toute action doit être achevée, c’est la règle pour un esprit sain. C’est ainsi que l’on avance dans la vie. Le coup de bourre permet la conclusion.

Les révisions avant le bac sont un exemple de régularité dans l’irrégularité : sur une période courte, donnez-vous un rythme !

L’imprévu

Les musiciens savent que ce qui fait la structure d’un morceau de musique, c’est certes certes son ambiance générale, le balancement induit par un tempo de départ, le rythme auquel revient le refrain… mais ce qui fait le cœur d’un morceau, c’est le petit plus, la présence sur scène du chanteur ou de la chanteuse, l’échange magique qui se produit à un moment et pas à un autre. Là, la flamme s’allume.

L’entraînement à l’irrégularité est précieux car il nous aide à faire face à l’imprévu. Dans la vie, je ne sais pas si vous avez remarqué, les choses ne se passent jamais comme prévu. Le peintre voulait finir ce tableau, mais l’inspiration en a voulu autrement. Je voulais obtenir ce travail, j’en ai trouvé un autre, moins bien ou mieux. Telle personne devait venir, mais elle n’est pas venue, et, peut-être, chance ou malchance, cela a permis que telle chose se passe.

L’individu englué dans une routine n’est pas préparé à l’imprévu. Il le fuit. Vous, voyez préparés à l’imprévu. Acceptez d’adapter votre rythme. Ce qui marque la grande histoire de l’humanité, n’est-ce pas, justement, l’adaptation ? L’adaptation c’est avant tout savoir être alerte et vigilant pour prendre conscience de la situation, et ensuite en tenir compte.

Pour en revenir au travail scolaire : sachez respectez votre propre discipline, mais sachez aussi, volontairement et avec conviction, l’enfreindre. Cela n’est pas si simple. Si vous sentez le sommeil venir, êtes-vous capable de cesser immédiatement tout effort, y compris les efforts lassants et pas constructifs que peuvent constituer des loisirs répétitifs comme les jeux vidéo ? Si vous sentez le besoin de vous aérer, êtes-vous capable de poser vos livres, de fermer votre ordinateur, d’annuler un rendez-vous et de tout de suite aller marcher ?

Les événements extérieurs (rencontres, aléas…) et intérieurs (états de fatigue, émotions, enthousiasme…) sont par définition imprévisibles. Si vous savez vous adapter en consacrant d’un coup beaucoup d’énergie donner un coup de bourre, mais le donner vraiment, ou vous consacrer à un court repos, mais à vous y consacrer vraiment, alors vous tenez une clé qui vous aidera beaucoup.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s